Le départ se précise

Le départ se précise

Quelques nouvelles depuis l’article « un vent de changement ».

Premièrement, l’entreprise Troyenne qui, je le croyais, m’avait snobée, a finalement décidé de me recontacter et m’a proposé un entretien que j’étais presque sure de réussir. Mais mon frère m’a mis en garde contre Troyes, où il a vécu quelques mois lorsqu’il travaillait pour les Compagnons du Devoir. Il a insisté sur le froid insupportable de la ville et la population assez peu sympathique.

Après en avoir discuté avec Thomas et Océane, cette dernière n’est pas sûre de rester à Troyes dans les années à venir. Si elle rencontre quelqu’un qui vit ailleurs, elle déclare pouvoir déménager. Nous avons donc renoncé à venir dans sa ville, qui n’offre pas un bassin d’emploi très conséquent, et avons opté plutôt pour Dijon. Océane a d’ailleurs évoqué l’idée de nous y rejoindre un jour, ce qui serait très bien.

J’ai envoyé quelques candidatures, ai reçu des propositions d’entretien, et finalement, j’ai cassé ma tirelire pour m’acheter une réservation au mois sur Airbnb. Ne pouvant louer sans CDI, cette option me semble être la meilleure, même si les appartements « de vacances » me reviendront plus cher qu’un appartement classique. Dès que je le pourrai, je louerai mon propre appartement. J’espère simplement gagner assez pour pouvoir financer seule un petit trois-pièces, le temps que Thomas se trouve un boulot.

Les salaires dans le développement Web sont eux aussi drastiquement plus bas qu’à Paris (l’un dans l’autre, avec le prix des loyers, on s’y retrouve, heureusement).

Départ prévu le 10 février, avec seulement quelques affaires. Mes années de minimalisme vont faciliter les choses, mais il est toujours plus compliqué de voyager en hiver, les vêtements prenant plus de place.

J’ai dû investir dans un petit ordinateur portable, le gros restera à Paris le temps d’avoir mon appartement doté d’un bureau. Il en ira de même pour mon casque de réalité virtuelle, dont je profite actuellement au maximum, entre deux révisions d’Angular et trois cours de conduite (je dois écouler mes dernières heures avant de quitter Paris).

L’idéal serait de ne revenir qu’une fois, pour récupérer mes dernières affaires, et d’en finir avec Paris.

 

Les commentaires sont clos.